Irouleguy

Le cahier des charges de l'appelation Irouleguy

L’Irouléguy est un vin basque portant l’appellation d’origine contrôlée depuis 1970 et dont le cahier des charges est paru par décret n° 2011-1807 le 6 décembre 2011 et modifié le 29 Novembre 2013, il est publié au JO depuis le 3 décembre 2013.

APPELLATION

Il porte principalement sur le nom de l’appellation ainsi que sa situation géographique, il ne peut être produit dans d’autres communes que celles énoncées dans le cahier et sur des aires parcellaires bien précises.

CEPAGES CONTROLES

Les vins ne peuvent être produits que par des cépages exclusivement réservés que ce soit pour le rouge, le blanc ou le rosé, avec des règles de proportions bien spécifiques à chaque nature de vin.
La densité de la plantation est, elle aussi, extrêmement réglementée avec une densité minimale de 400 pieds à l’hectare, avec un écartement entre les rangs supérieur à 2.50 mètres et un écartement entre les pieds sur un même rang supérieur ou égal à 0.90 mètres ou 0.80 m pour les vignes plantés en terrasses.

RECOLTES ET RENDEMENT

Les raisins doivent être récoltés manuellement à bonne maturité, c’est-à-dire qu’ils doivent contenir une richesse en sucres comprises entre 180 et 189 grammes par litre de moult.
Le rendement est, également, extrêmement réglementé, il doit être compris entre 55 et 60 hectolitres par hectare avec des conditions particulières pour les vignes plantées en terrasses.

TRANSFORMATIONS ET STOCKAGE

Les vins sont vinifiés conformément aux usages en vigueur dans la région. L’assemblage des cépages, la fermentation et les normes analytiques ainsi que l’interdiction d’utiliser des pressoirs continus y figurent. L’entretien des chais et du matériel est impératif, ils doivent présenter un bon état général.
Concernant le stockage, le viticulteur doit disposer d’un lieu d’entreposage adapté.
L’exceptionnelle implantation des vignes et un climat marqué par une forte pluviométrie sont également pris en compte dans le cahier des charges.

PRESENTATION ET ETIQUETAGE

L’appellation d’origine contrôlée doit être notée sur toute facture, prospectus, étiquettes et l’étiquetage des bouteilles, elles-mêmes, est également contrôlé dans sa hauteur et sa largeur.

DECLARATIONS ANNEXES

Tout opérateur doit adresser chaque année à l’Organisme de Défense et de Gestion, des déclarations concernant ses parcelles (en terrasses, renonciation à l’AOC, de revendication, de conditionnement…).

TENUE DES REGISTRES

La bonne tenue des registres est obligatoire, elle doit être produite à l’organisme de contrôle qui peut à tout moment en faire la demande et venir les contrôler.
Le respect du cahier des charges est contrôlé par un organisme tiers indépendant offrant des garanties de compétence et d’impartialité qui agit sur la base d’un plan d’inspection approuvé.
 

Laissez votre commentaire à propos de cet article